Qu’est-ce que le cholestérol?

Le cholestérol fait partie des lipides sanguins; c’est une substance vitale présente dans pratiquement toutes les cellules humaines ainsi que dans le sang. Le cholestérol d’origine alimentaire (cholestérol exogène) provient de la consommation de graisses animales. Cependant, le cholestérol peut aussi être synthétisé par l’organisme lui-même (cholestérol endogène); cette synthèse a lieu au niveau du foie.

Quelle est la fonction du cholestérol?

  • Le cholestérol est un constituant des cellules humaines
  • Le cholestérol est un précurseur dans la synthèse de plusieurs hormones (surrénaliennes et sexuelles)
  • Sans cholestérol, le corps est incapable de produire la vitamine D indispensable à la construction des os
  • Le cholestérol est l’élément précurseur dans la synthèse des acides biliaires, qui interviennent dans la digestion des graisses

Se relaxer et guérir

Le cholestérol étant le précurseur des hormones de stress, plus l’être humain est exposé au stress, plus ses besoins en cholestérol sont élevés. La suppression du stress et l’apport d’antioxydants sont donc des mesures judicieuses pour diminuer les besoins en cholestérol. Les antioxydants sont contenus dans divers aliments comme l’ail, le chou, le brocoli, le gingembre, le thé, les carottes, le cerfeuil, le persil, la menthe, le concombre et le basilic, entre autres. L’effet des antioxydants repose sur leur capacité à protéger les substances ou les tissus sensibles d’une réaction agressive avec l’oxygène de l’air.

D’où vient le cholestérol ?

Le cholestérol présent dans le corps humain se répartit en deux catégories.

a) Cholestérol synthétisé par l’organisme

Le foie et l‘intestin grêle produisent chaque jour environ 1200 mg de cholestérol.
Environ 80 % du cholestérol sérique est directement produit par le foie à partir des lipides (acides gras saturés) des aliments. Le reste (20 %) provient de l’apport d’aliments riches en cholestérol.

b) Cholestérol absorbé avec les aliments

Le cholestérol alimentaire provient exclusivement d’aliments d’origine animale. Les aliments végétaux, quant à eux, sont généralement dépourvus de cholestérol. Seule la moitié de la quantité de cholestérol consommée avec les aliments est effectivement absorbée par l’intestin. Cette absorption conduit à une diminution de la production endogène de cholestérol (mécanisme de rétrorégulation).

Le cholestérol alimentaire n‘augmente le LDL-cholestérol que de façon minimale. Les acides gras saturés absorbés avec l‘alimentation ont un impact plus important sur le niveau de cholestérol sanguin.

Nous produisons nous-mêmes bien assez de cholestérol

Le corps humain ne dépend pas du cholestérol fourni par les aliments, car la production endogène de cholestérol suffit à couvrir complètement les besoins physiologiques. Les cellules n’absorbent que la quantité de cholestérol dont elles ont besoin. Le cholestérol excédentaire reste dans le sang et adhère aux parois des artères, surtout si celles-ci ont déjà subi des lésions par d’autres facteurs. Les individus se trouvant dans cette situation sont menacés d’atteintes graves à leur santé (l’artériosclérose et ses conséquences).

Le cycle du cholestérol

Au cholestérol produit par l’organisme s’ajoute la part d’environ 300 à 500 mg consommée avec les aliments.

Avec le liquide biliaire, l’organisme excrète du cholestérol dans l‘intestin, dont la plus grande partie est réabsorbée le segment terminal de l’intestin grêle. Le cholestérol parcourt donc un cycle:
bile – intestin – foie – bile.

Hausse des lipides sanguins: que faire?

Un taux accru de cholestérol dans le sang, appelé «hypercholestérolémie» dans le jargon médical, ne cause pas directement des troubles, mais est considéré comme un facteur de risque pour la santé. Un taux de cholestérol excessif sur une période prolongée augmente la probabilité de lésion du coeur et des vaisseaux sanguins.

Effet sur les vaisseaux sanguins

  • Il se forme dans les parois artérielles des dépôts responsables d’une calcification des artères (artériosclérose)
  • L’artériosclérose conduit à une obstruction du vaisseau (thrombose)

Effet sur le coeur

  • Infarctus du myocarde
  • Angine de poitrine (Angina pectoris)

Effet sur le cerveau

  • Accident vasculaire cérébral

Effet sur les jambes

  • Troubles circulatoires au niveau des jambes (artériopathie
    oblitérante)


Le niveau maximum admissible des valeurs sanguines de cholestérol chez une personne dépend de son état de santé, de son mode de vie et de ses prédispositions génétiques.

Le «bon» et le «mauvais» cholestérol

Afin de pouvoir exercer leur rôle important dans l’édification des structures cellulaires et former une source d’énergie mise en réserve dans les tissus adipeux, les lipides (graisses) doivent pouvoir être transportés par voie sanguine vers les différents organes.

Or, étant insoluble dans l’eau, le cholestérol ne peut être transporté tel quel dans le sang: il doit d’abord être rendu «transportable ». Le corps y parvient en mettant à la disposition du cholestérol une enveloppe faite de substances hydrophiles qu’on appelle des lipoprotéines.

Les lipoprotéines les plus importantes sont notamment:
a) les lipoprotéines de faible densité = LDL
b) les lipoprotéines de haute densité = HDL

Le «mauvais» LDL-cholestérol

Les LDL transportent la majeure partie du cholestérol sanguin (env. 50%).


Leur rôle consiste à transporter le cholestérol du foie aux différents organes du corps pour qu’ils puissent l’utiliser. Si toutefois les LDL se retrouvent en excès dans le sang, les cellules ne les absorbent plus et le LDL-cholestérol se dépose dans les vaisseaux sanguins. C’est le début du phénomène de «calcification des artères» ou artériosclérose. Par exemple, une hausse de 10 % la part de LDL dans le sang augmente de plus de 30 % la probabilité d’un infarctus du myocarde.

Le «bon» HDL-cholestérol

La part de cholestérol contenue dans le HDL-cholestérol n’est que d’environ 20 %. Le HDL-cholestérol a pour tâche de capter le cholestérol du sang et de le transporter vers le foie. Le cholestérol est ensuite libéré puis excrété dans l’intestin. Le HDL-cholestérol empêche l’incorporation du cholestérol dans les parois vasculaires et peut ainsi contrer le développement de l’artériosclérose.

Les triglycérides

Les triglycérides sont un autre type de lipides sanguins. Ils jouent également un rôle dans le développement de l’artériosclérose et sont le principal composant des graisses alimentaires que nous consommons. Le niveau des triglycérides peut aussi augmenter suite à un apport élevé de calories, d‘alcool ou de sucre.

La graisse de notre corps est constituée en majorité de triglycérides.

Le cholestérol et l’artériosclérose

Les cellules saines de notre organisme possèdent sur leur surface des points de passage particuliers qui permettent au LDL-cholestérol de passer du sang à l’intérieur de la cellule. Lorsque l’alimentation est trop grasse, les cellules sont peu à peu sursaturées et ferment leurs points de passage au LDLcholestérol, ce qui conduit à une augmentation des taux de cholestérol dans le sang. Étant donné que les cellules n’absorbent que la quantité de cholestérol dont elles ont besoin, le cholestérol excédentaire reste dans le sang et se dépose dans les parois des vaisseaux.

Le cholestérol endommagé par oxydation a une plus forte probabilité de se déposer dans les parois vasculaires, ce qui augmente le risque d’artériosclérose. L’artériosclérose s’accompagne d’un rétrécissement des vaisseaux sanguins. L’oxygénation des organes alimentés par ces vaisseaux s’en trouve réduite ou, dans le pire des cas, totalement interrompue.

Les conséquences possibles de l’artériosclérose sont:
a) un infarctus du myocarde
b) une cardiopathie coronarienne
c) un accident vasculaire cérébral
d) des troubles circulatoires

Réduire les risques par la prévention

Autres facteurs de risque de développement d’une artériosclérose:

  • tabagisme
  • hypertension artérielle
  • diabète
  • excès de poids
  • manque de mouvement

Plus une personne réunit de facteurs de risque, plus grand est son risque d’être atteinte d’une maladie vasculaire.

Abaisser le taux de cholestérol

Le taux de cholestérol peut être influencé par les mesures suivantes

a) Manger plus sain

  • Consommez le moins possible d’acides gras saturés. Préférez les modes de préparation qui utilisent peu de graisses.
  • Modérez votre consommation d’aliments ayant une teneur élevée en cholestérol comme les abats, le jaune d’oeuf, les fruits de mer, le beurre et les produits laitiers.
  • Mangez souvent des aliments riches en fibres, p. ex. des produits à base de céréales complètes, des pommes de terre, des légumineuses, des légumes et des fruits. Ces liments favorisent une diminution du taux de cholestérol.
  • Privilégiez l‘utilisation d‘huiles de haute valeur contenant des acides gras mono-insaturés, comme l‘huile de colza ou d‘olive. Elles contribuent à réduire le niveau sérique de LDL-cholestérol.

b) Perdre du poids

Surveillez votre poids et n’hésitez pas à demander les précieux conseils de votre médecin ou d’une diététicienne.

c) Bouger beaucoup

Toute activité sportive augmente votre taux sanguin de HDL-cholestérol et vous aide en outre à réguler ou à contrôler votre poids.

d) Prendre des médicaments hypolipémiants

Qualités de lipides

Non seulement la quantité, mais aussi la qualité des graisses absorbées avec l‘alimentation sont déterminantes pour maintenir de bons niveaux de graisses du sang. Les graisses se différencient par la qualité des acides gras qui les composent. Ces derniers peuvent être saturés, mono- ou poly-insaturés.

Les acides gras saturés

Les acides gras saturés peuvent être produits par le corps et ne devraient pas être absorbés par l‘alimentation. On les trouve en particulier dans les produits d‘origine animale, les snacks, les graisses de cuisson et la graisse de coco. Ils servent de source d‘énergie pour le corps. La plupart des acides gras saturés ont un impact négatif sur les niveaux de graisses du sang.

Les acides gras mono-insaturés

Les acides gras mono-insaturés provenant d‘huiles (colza, olive, arachide) ou d‘oléagineux (amandes, noisettes) sont également une source d‘énergie pour le corps. Contrairement aux acides gras saturés, ils ont un impact positifs sur les niveaux de graisses du sang. Un apport élevé peut abaisser le niveau de LDL-cholestérol.

Les acides gras poly-insaturés

Les acides gras poly-insaturés sont essentiels, ce qui signifie qu‘ils ne peuvent pas être produits par le corps et doivent donc être absorbés par l‘alimentation. On les classe en acides gras oméga-3 et acides gras oméga-6. Une alimentation riche en acides gras poly-insaturés a un impact positif sur les niveaux de graisses du sang.

On trouve des acides gras oméga-6 entre autres dans l‘huile de tournesol, de carthame ou de germes de maïs. Ils abaissent le niveau de LDL-cholestérol. En cas d‘apport très élevé, ils abaissent cependant aussi le niveau de HDLcholestérol.

L‘huile de colza, de lin, de soja, les poissons gras, les légumes à feuilles foncées et les noix contiennent des acides gras oméga-3. Ces derniers peuvent abaisser les niveaux de triglycérides. Un régime alimentaire normal apporte souvent trop peu d‘acides gras oméga-3, car nous consommons trop peu de poissons gras.

Pour une alimentation saine, il est recommandé de privilégier les acides gras insaturés.

Notre guide à télécharger

Dans notre guide, vous trouverez des informations concernant le cholestérol.